Publié par le 24 mai 2011 dans Maladies, Médicaments, Santé physique

Évaluation des médicaments anticancéreux

L'opinion des médecins davantage considérée pour le choix du meilleur traitement médicamenteux

Évaluation des médicaments anticancéreux

Yves Bolduc, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, a rendu public aujourd’hui le rapport du Groupe de travail sur le processus d’évaluation des médicaments anticancéreux et annonce qu’il donnera suite à ses principales recommandations.

Partagez cet article

Sur le même sujet

Maladies | Médicaments | Santé physique |  |  |

Ce groupe de travail, présidé par monsieur Léonard Aucoin, avait été mis en place l’automne dernier sous les ordres du ministre Bolduc pour, entre autres choses, répondre à certaines préoccupations des patients et des cliniciens sur l’accès aux nouveaux médicaments anticancéreux.

À cet égard, le rapport1 présente dix recommandations, dont l’amélioration du processus d’évaluation de ces médicaments et une collaboration entre l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS), le Comité de l’évolution des pratiques en oncologie (CEPO) de la Direction québécoise du cancer et les cliniciens experts en oncologie du Québec.

« Les patients du Québec seront rassurés de savoir que l’opinion de leur médecin sera prise en considération dans l’évaluation de la valeur thérapeutique du meilleur traitement médicamenteux qui s’offre à eux », a précisé le docteur Bolduc.

Cette nouvelle façon de procéder sera mise en place, dans le cadre des travaux entourant les trois mises à jour prévues chaque année pour les listes de médicaments. Déjà, deux dossiers d’oncologie sont en cours d’évaluation selon cette nouvelle procédure, en vue de la mise à jour d’octobre 2011.

 

 

Notes et références

  1. Rapport du Groupe de travail sur le processus d’évaluation des médicaments anticancéreux []

Laissez un commentaire

4983string(0) ""