Publié par le 25 mars 2011 dans Prévention, Santé physique

Punaises de lit: Montréal part en croisade

Vous pouvez aider en laissant les punaises à l'étranger

Punaises de lit: Montréal part en croisade

Les punaises de lit ont été largement éradiquées en Occident au début des années 1940, mais un retour en force est apparu vers 1995.

Partagez cet article

Sur le même sujet

Prévention | Santé physique |  |  |

Les gens qui se demandent « mais ai-je déjà eu des punaises dans mon lit », alors là, rassurez-vous, si vous en aviez eues, vous le sauriez. Elles sont peut-être toute petites, mais elles font tout un ravage. Monsieur Lavoie, un voyageur régulier dans les pays chauds, dit que « les punaises de lit sont une plaie. Non seulement on risque de faire voyager des punaises avec nous, mais on risque aussi de les ramener chez soi!. » On doute que le retour des punaises de lit en Amérique serait lié au fait que les gens voyagent toujours de plus en plus.

Ainsi, c’est une bonne nouvelle d’apprendre que l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal ait annoncé tout récemment l’existence d’un plan d’action régional afin de combattre les punaises de lit sur de l’île de Montréal, sachant que le principal aéroport international au Québec s’y trouve.

Il faut limiter la prolifération

Montréal n’est pas unique. Il semblerait que les punaises de lit auraient envahi tout le continent nord-américain. « Il faut éviter que se reproduisent à Montréal les situations vécues par d’autres grandes villes nord-américaines » explique M. Applebaum, vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal et responsable de l’habitation.

Selon un sondage réalisé auprès des résidents de Montréal, 2.7% des ménages de l’île de Montréal auraient eu à faire face aux punaises de lit. Le plan pour empêcher que l’envahissement des punaises « barbares » est, entre autres choses, d’intervenir rapidement et en étant attentif sur la présence de punaises de lit, ce qui se fera lors de visites d’inspecteurs municipaux dans les logements. Une surveillance et un monitorage, cela accompagné de communications accrues avec la population montréalaise, devrait permettre de reprendre le contrôle de la situation.

Toutefois, pour les punaises étrangères, il est aussi possible de prévenir leur migration au pays. M. Lavoie, habitué des pays du sud, explique que « le meilleur moyen d’éviter de ramener des punaises de lit chez soi, c’est de laver ses effets personnels à l’eau chaude plusieurs fois, ou mieux encore, les exposer au froid pendant quelques jours. » Effectivement, les punaises ne peuvent pas survivre aux écarts extrêmes de chaleur. M. Lavoie a malheureusement vécu l’expérience des punaises de lit à l’étranger, mais il est toujours revenu au Québec sans petits voyageurs cachés dans ses bagages.

Pour tout savoir sur les punaises de lit et les mesures à prendre pour s’en débarasser une fois qu’elles sont chez-soi, consultez ce site Internet.

  1. Pour en avoir depuis 2 mois, il faut bien comprendre que l’horreur n’est pas tant le fait de se faire piquer toutes les nuits, c’est surtout l’horreur psychologique de se sentir envahi, de ne plus se sentir chez soi et d’être tellement impuissant, on croit les avoir exterminé mais non elles sont encore là, elles se multiplient, se cachent, il faut tout déménager, tout laver, on arrive au bord de la crise de nerf…
    La meilleure solution reste apparemment le défroisseur vapeur, c’est sain, et apparemment super efficace d’autant plus qu’il évite d’avoir à tout déménager pour faire un traitement chimique… Mais je n’ai pas encore essayé.

Laissez un commentaire

4983string(0) ""