Publié par le 25 juin 2011 dans Santé mentale

Est-ce que la ville rend fou?

Stress dans la ville

Est-ce que la ville rend fou?

Les gens qui n’ont jamais vécu dans une grande ville comme Montréal, et même Québec jusqu’à un certain degré, disent souvent « les grandes villes me rendraient fou ». Eh bien, ils ont peut-être bien raison.

Partagez cet article

Sur le même sujet

Santé mentale |  |  |

Lorsque l’on naît et que l’on grandit dans une grande ville, cela multiplierait grandement les risques de souffrir de troubles de l’humeur et d’anxiété au cours de sa vie. C’est une étude sérieuse de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas qui s’est intéressé à la santé mentale et au fait de vivre dans une agglomération urbaine dense. Jusqu’à tout récemment, le processus biologique en cause dans ces associations n’avait pas été décrit, mais grâce à une nouvelle étude internationale, à laquelle a pris part le chercheur Jens Pruessner, de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, on en sait davantage au sujet de l’incidence qu’a la vie urbaine sur deux régions distinctes du cerveau, qui régulent les émotions et le stress1.

Le co-auteur Jens Pruesner explique que « d’après des études antérieures, le risque de troubles anxieux est de 21 % supérieur chez les citadins, chez qui l’on observe également une augmentation de 39 % des troubles de l’humeur. »

Ça va de soi, entre travailler à deux minutes de son lieu de travail dans un village de 5000 habitants,  et de travailler à 60 kilomètres de sa demeure en banlieue lointaine, de devoir vivre les embouteillages, un ou deux ponts en délabrement, des viaducs qui tombent et des « squiggis » de quartiers malfamés qui croient laver votre pare-brise avec de l’eau d’égout mélangée à des restants de bière, oui, ça peut être déprimant la grande ville.

Les futures études  devront clarifier le lien entre la psychopathologie et l’état affectif chez les personnes qui souffrent de troubles mentaux. Ces découvertes nous aident donc à comprendre les risques que l’environnement urbain fait courir quant aux troubles mentaux et à la santé en général.

Notes et références

  1. Stress dans la ville – Des chercheurs observent l’activité du cerveau et identifient les processus biologiques associés aux troubles de l’humeur des citadins []
  1. Il semble que ce soit plus le style de vie des banlieusards et non la ville. Je travaille dans le centre ville et je trouve que les squiggis sont plutot sympathiques comparait aux banlieusards individualistes et aux clients rois de la rue Saint-Denis. Restez donc dans votre banlieu au lieu de sortir des préjugés absurdes grâce à une étude pseudo-scientifique.

    • Je pense qu’il y avait un brin d’ironie dans son article 😉

    • Monsieur Michel,

      effectivement, cette étude demeure une étude à prendre à la légère. Ayant vécu plusieurs années à Montréal, je sais pertinemment que ce n’est pas stressant. Ce sont plutôt les banlieusards qui travaillent à Montréal qui vivent le stress en venant travailler dans la grande ville.

      Quelqu’un qui habite disons dans le quartier Rosemont et qui travaille dans le quartier Saint-Michel ne doit pas souffrir de davantage de stress qu’une personne qui habite dans une agglomération moindre.

      Enfin, les chercheurs doivent se trouver du travail comme on dit :)

      • Je trouves cet article farfelu, étant moi-même issue d’une vieille famille Montréalaise, arrière grands parents de tout bords et côtés nés et ayant vécu toute leur vie à Montraél , personne à ma connaissance n’a été confronté à des problèmes de santé mentale… Je suis rendu à 54 ans et je survie toujours…est-ce que ce serais pareille si j’habitais en banlieu !!!

  2. A vous tous qui écrivez des commentaires stupides. Veuillez lire attentivement, on parle de gens ne vivant pas les embouteillages et vivant dans de petite agglomération qui sont souvent moins stressés. Je crois que vous êtes plus impatient que vous le pensez…

  3. Effectivement, je suis natif de charlesbourg a quebec et je suis maintenant à montmagny depuis 2 ans et maudit que c’est stressant la ville je suis en compagne et mon dieu que je me sens bien ici… Effectivement je n’ai qu’a prendre mon vélo pour aller travailler ca me prends 15 minute de mon temps le matin, les gens sont courtois, sociale et sociable, et ca sentraide ici. Dans les grandes, les gens agissent chacun pour sois et  »on se crisse des autres »’. Les voisins sont aussi importants sinon plus que notre petite personne. Et effectivement Francis, les gens de la ville sont beaucoup plus impatient qu’il ne le pense. Je viens de quebec et les gens ne savent pas vivre, ca roulent en fou, ca respecte personne, ca ce croient seul sur la route. etc.. ici le soir des 11h y a pu un chat sur les routes. bien que c une ville maintenant on es a peu pres 10000 personnes. les gens se respectent et sentraide. Faudrais peut etre que les gens arrete de vivre juste pour leur petite personne et quil se préoccupe des autres egalement. Vous n’etes pas seul a vivre sur cette planète!

  4. En effet, lorsqu’il faut transiter en automobile, d’une banlieue à la ville comme Montréal par exemple, ces déplacements deviennent stressant et diminue la qualité de vie de ces gens.

    J’ai une amie qui réside au coeur du plateau Mt-Royal et travaille au complexe Desjardins horaire de 08H00 à 04H00 n’a pas de voiure, utilise autobus et métro ou la marche, évidemment elle ne trouve pas la ville stressante comme ceux que j’ai mentionné précédemment.

    Le problème est que beaucoup trop de gens utilisent leurs voitures pour se rendre au travail.

    L’autre problème est que le transport en commun n’est pas encore suffisamment développé pour répondre à la clientèle banlieue vs ville. (Horaire et qualité des transorts collectifs)

    L’autre facteur qui s’ajoute à cela sont les nombreuses constructions de routes, viaducs obsolètes et infrastructures des années soixante qui menaces de tomber, qui doivent être démolies et reconstruits en même temps. (Mauvaises gestions du Ministère des transports … lire gouvernement)

    Pour revenir à mon amie du plateau, elle me dit, « la vie est belle à Montréal si vous y travaillez et y vivez, » si non, les banlieusards doivent se trouver un boulot près de leur banlieue et la vie sera belle pour eux « itou ».

    Un air connu… « On prend toujours un train pour quelque part, un grand train bleu, un grand train blanc, la la la la … » Gilbert Bécaud

    Bonne journée!

    *

  5. legion88 dit :

    À Mourial ils sont tellement pas stressés qu’ils courent pour prendre un métro qui passe aux 2 minutes …

  6. Montréal ville qui rend cingler, je préfère de long aller me perde en région pluto que vivre dans1 ville de dingue mes voisin respecte rien ni personne fond tellement de bruit que c’est agressant pour aller prendre l’autobus les aret de bus sont dégueulasse les gens a l’intérieur hurle dans leur téléphone ca cri bref c’Est agressant. rendu au métro ca cour comme des perdu ca bouscule tout le monde pour prendre 1 métro qui vas repasser 2 minute plus tard ca menerve. je me suis acheter 1 scooter pour éviter de prendre l’autobus et le métro et avoir 1 peu plus de tranquillité et c’est pire les gens au volant sont des idiot fini surtout en ville les clignotan il connais pas me claxone apres car je vais pas asse vite et pourtant je roule a 70 dans 1 zonne de 50 et je vais pas assé vite. jai ete passer 1 semaine en balieux et je peux dire que ca change de la ville les gens sont tellement plus civilisé la ville stresse 1 max et rend complètement barge

Laissez un commentaire