Publié par le 22 avril 2011 dans Prévention, Santé physique, Santé publique

2e Congrès national sur l’obésité: 28 avril au 1er mai 2011

Montréal sera l'hôte

2e Congrès national sur l’obésité: 28 avril au 1er mai 2011

Plus de 600 délégués échangeront sur les résultats de recherches et d’initiatives récentes lors de ce congrès. Cet évènement est réalisé en collaboration avec la Coalition Poids puis organisé par le Réseau canadien de l’obésité. Ce dernier regroupe plus de 5 000 professionnels qui se dédient à l’élaboration de solutions efficaces en matière de prévention et de traitement de l’obésité.

Partagez cet article

Sur le même sujet

Prévention | Santé physique | Santé publique |  |  |  |

De l’avis de Suzie Pellerin, directrice de la Coalition Poids1,  le choix de Montréal comme hôte du Congrès constitue une reconnaissance du leadership dont le Québec fait preuve dans la lutte à l’obésité. Pensons en particulier à l’adoption du Plan d’action gouvernemental de promotion des saines habitudes de vie et de prévention des problèmes reliés au poids 2006-2012 – Investir pour l’avenir2.

Les participants à ce congrès se pencheront sur plusieurs sujets d’intérêt, dont les recherches médicales sur les causes de l’obésité et les conditions de sa propagation, les résultats des politiques publiques mises en œuvre pour faire face à l’épidémie d’obésité, des propositions de modification des environnements et des comportements,  des initiatives dans les communautés et les écoles, des nouveaux traitements, etc.

Obésité chez les jeunes

Cette année, le Congrès national sur l’obésité s’intéressera particulièrement aux conséquences de l’obésité chez les jeunes. « On constate une croissance alarmante de l’épidémie d’obésité chez les enfants et les adolescents, ce qui attire nécessairement l’attention des intervenants dans le domaine », souligne Suzie Pellerin, pour qui le Congrès doit être l’occasion de montrer ce qui se fait de mieux au Québec. Elle cite notamment l’interdiction de faire de la publicité aux enfants, une restriction légale qui suscite l’intérêt des provinces canadiennes.

Il est important de s’intéresser à l’obésité car c’est souvent un facteur déclencheur de maladies telles que le diabète de type 2 ou encore des problèmes cardiovasculaires. Donc, une telle conférence va permet de ratisser relativement large en terme de prévention. Ça ne fait aucun doute, ce congrès est une excellente initiative.

Quelles sont les conséquences de l’excès de poids pour la santé?

Q : Quelles sont les conséquences de l’excès de poids pour la santé?

R : Les dernières projections de l’OMS indiquent qu’au moins un adulte sur trois dans le monde souffre de surcharge pondérale et que près d’un sur 10 est obèse. Il y a en outre plus de 20 millions d’enfants de moins de cinq ans qui ont un poids excessif.

La surcharge pondérale et l’obésité peuvent avoir des conséquences graves pour la santé. La graisse superflue peut notamment provoquer des maladies cardiovasculaires (essentiellement cardiopathies et accidents vasculaires), le diabète de type 2, des troubles musculo-articulaires tels que l’ostéoarthrite, et certains cancers (de l’endomètre, du sein et du colon). Ces maladies provoquent des décès prématurés et une incapacité importante.

Ce qui n’est pas assez connu, c’est que le risque de connaître des problèmes de santé commence dès l’apparition d’une surcharge pondérale même très légère et qu’il augmente avec le poids. Nombre de ces problèmes de santé engendrent de longues souffrances pour les personnes qui en sont atteintes et pour leurs familles. En outre, les coûts peuvent être très élevés pour le système de santé.

Heureusement, l’excès de poids et l’obésité sont largement évitables. La clé du succès réside dans l’atteinte d’un équilibre entre les calories consommées et les calories dépensées.

Pour atteindre cet objectif, chacun peut limiter sa consommation de graisses et délaisser les graisses saturées au profit de graisses insaturées; consommer davantage de fruits et de légumes, ainsi que de légumineuses, de céréales complètes et de noix, et limiter la consommation de sucre. Et pour dépenser davantage de calories il suffit d’augmenter son activité physique – au moins 30 minutes d’exercice régulier et d’intensité modérée le plus souvent possible3 .

Notes et références

  1. Coalition poids []
  2. Plan d’action gouvernemental de promotion des saines habitudes de vie et de prévention des problèmes reliés au poids 2006-2012 – Investir pour l’avenir []
  3.  OMS: Obésité []

Laissez un commentaire