Publié par le 23 mai 2011 dans Prévention, Santé publique

A H1N1: Une infirmière radiée pour avoir vacciné un enfant de force

Vaccination massive A H1N1

A H1N1: Une infirmière radiée pour avoir vacciné un enfant de force

Le site Canoe rapporte aujourd’hui qu’une infirmière de Chibougamau aurait été radiée pour une période de quatre mois parce qu’elle aurait vacciné un enfant par la force le 5 novembre 2009.

Partagez cet article

Sur le même sujet

Prévention | Santé publique |  |  |  |

Canoe1  rapporte que « pour avoir brusqué un enfant afin de lui administrer le vaccin contre la grippe A (H1N1), Marjolaine D. Pearson, infirmière de Chibougamau, a été radiée pour une période de quatre mois.

La campagne de vaccination massive, il faut le rappeler, a été promue dans la peur et la propagande provenant des médias et des politiciens. Rappelons aussi que plusieurs personnes étaient extrêmement stressées à ce moment là, et donc que le personnel infirmier devait aussi être exténué dû à un environnement de travail chargé en stress, plus qu’à l’habitude.

Il faut se remémorer les longues files d’attente, les vaccins en retard, les gens qui entraient par « l’arrière-boutique »  (Claude Dubois et ses enfants) pour aller se faire vacciner, les ministres qui se faisaient vacciner en direct à la télévision, les journalistes sensationnalistes qui faisaient la morale, etc.

Enfin, l’infirmière de Chibougamau a forcé un enfant à recevoir le vaccin, mais l’ironie est que le gouvernement canadien a en quelque sorte « forcé » environ 55% de la population du Québec à aller se faire vacciner pour une supposée pandémie.

Ainsi, pendant qu’au moins une infirmière vaccinait au minimum un enfant de force au Québec et que les médias de masse faisaient leur campagne de peur, la Pologne, elle, refusait d’acheter des vaccins:

Face aux incertitudes, la Pologne a pris un cours radical en refusant d’acheter le vaccin2 .

Et malgré sa population de 38 millions d’habitants, il y a eu environ 75% moins de décès liés à la grippe A H1N1 en Pologne qu’il y en a eu au Canada3 . Rappelons que 41 % des Canadiens se sont fait vacciner contre le virus A H1N1. Au Québec seulement, c’est 56%4 de la population… dont quelques personnes et enfants, possiblement, si l’on se fit à cette infirmière de Chibougamau, qui l’on été de force. Au Québec, on fait les choses différemment!

 

Notes et références

  1. Forcé à se faire vacciner []
  2. H1N1: pas de vaccin en Pologne []
  3. Grippe A (H1N1) de 2009-2010 par pays []
  4. Pourcentage de personnes vaccinées contre la grippe H1N1, selon la province, population à domicile de 12 ans et plus, Canada, territoires non compris, 2010 []
  1. Guillemette dit :

    C’est l’OMS qui aurait dû être au banc des accusés, qui a fait paniquer le monde sans preuve de justification préalable.

    Crise a été gérée par des amateurs, des ignorants. Il y a des grippes saisonnières qui ont causé beaucoup plus de morts que cette grippe dite H1N1.

    C’est la crédibilité des dirigeants qui a été mise en cause et qui subit le jugement et la sentence du peuple; pas cette infirmière qui a été manipulée comme le reste de la population. Malheureusement, ils ont crié « au loup » et, la prochaine fois, les citoyens du monde seront incrédules.

    La Pologne a agi intelligemment et le Québec est dans la queue du peloton. Ce jugement empire la faute des dirigeants et, selon moi, entache l’administration de la justice en faisant porter la faute sur un bouc émissaire; je trouve que cette infirmière n’est pas plus coupable que Margaret Chan, la présidente de l’Organisation mondiale de la Santé.

Laissez un commentaire